Histoire de la semaine

… du 5 janvier 2020

💫 La citation du jour:

”L’ange qui m’a délivré de tout mal – Hamala’h HaGoël Oti Mikol Ra (Parachat Vayé’hi), un ange est envoyé systématiquement pour délivrer l’homme quand il est soumis à une épreuve.
En effet, Hachem n’envoie une épreuve que s’il est possible de s’en sortir et Il envoie auparavant son ange avec la solution.
C’est ce que dit ce verset, le mal ne peut exister que s’il est possible d’en être libéré
C’est pourquoi, un juif ne doit jamais se dire : c’est fichu, je suis perdu !”

🕍 Adapté du ‘Hidouché Harim 🕍


… du 29 décembre 2019

La joie

Comment acquérir la joie ?
1) La pensée.

Si l’homme est un fleuve est la joie le courant qui l’anime, alors la pensée est la source depuis laquelle découle l’eau.

Chacun a la capacité de se concentrer sur ce qui l’intéresse dans sa vie, de même, chacune de nos émotions sont influencées par ce qu’il pense même indirectement.

Une personne qui s’efforce de regarder que le positif dans ce qu’il fait et ce qui lui arrive arrivera à devenir sensible à chaque onde positif qu’il rencontrera et sera renforcée par elle.

Une personne qui n’est pas toujours joyeuse est une personne qui n’investie pas toute ces forces pour voir le positif dans ce qui l’entoure mais uniquement en partie ou moins h »v.

Celui qui s’attache à ce principe pourra trouver son bonheur même dans les situations les plus difficiles h »v, aucune n’atteindra son moral et bien au contraire elles sont souvent pour lui la source de forces nouvelles.


… du 22 décembre 2019

LA REUSSITE : Toute connaissance des lois de la Thora, tant des Commandements s’appliquant entre l’homme et son prochain que de ceux en vigueur entre l’homme et son Créateur, cette connaissance en elle-même constitue la reussite spirituelle ( la seule réussite spirituelle consiste à avoir accompli ce pourquoi l’âme avait été envoyée sur cette terre.
Or, la Thora réunit en elle tous les éléments appelés à compléter les parties manquantes de l’esprit- sa connaissance est donc la réussite
Rabbi Nah’man


… du 9 décembre 2019

Peut-être une solution à la violence galopante dans les écoles…
Un jour, une professeur demande à ses élèves de noter le nom de tous les élèves de la classe sur une feuille et de laisser un peu de place à côté de chaque nom.
Puis, elle leur dit de penser à ce qu’ils pouvaient dire de plus gentil au sujet de chaque camarade et de le noter à coté de chacun des noms.
Cela prit toute une heure jusqu’à ce que tous aient fini et avant de quitter la salle de classe, les élèves remirent leur copie à la prof.
Le week-end, la professeur écrivit le nom de chaque élève sur une feuille et à côté toutes les remarques gentilles que les autres avaient écrites au sujet de chacun.
Le lundi, elle donna à chaque élève sa liste.
Peu de temps après, tous souriaient.
– « Vraiment ? » entendait-on chuchoter…
– « Je ne savais pas que j’avais de l’importance pour quelqu’un !
– « Je ne savais pas que les autres m’aimaient tant » étaient les commentaires que l’on entendait dans la salle de classe..
Personne ne parla plus jamais de cette liste. La professeur ne savait pas si les élèves en avaient parlé entre eux ou avec leurs parents, mais cela n’avait pas d’importance. L’exercice avait rempli sa fonction.
Les élèves étaient satisfaits d’eux-mêmes et des autres.
Quelques années plus tard, un élève tomba, mort à la guerre ‘’des six jours‘’ et la professeur alla à l’enterrement de cet élève.
Le Cimetière était comble. Beaucoup d’amis étaient là. L’un après l’autre, ils s’approchèrent du cercueil pour lui adresser un dernier adieu.
La professeur alla en dernier et elle trembla devant le cercueil. Un des soldats présents lui demanda « Est-ce que vous étiez la professeur de mathématiques de Joseph ? »
Elle hocha la tête et dit : « oui. » Alors il lui dit : » Joseph a souvent parlé de vous. »
Après l’enterrement, la plupart des amis de Joseph s’étaient réunis.
Les parents de Joseph étaient aussi là et ils attendaient impatiemment de pouvoir parler à la professeur.
« Nous voulions vous montrer quelque chose. » dit le père de Joseph et il sortit son portefeuille de sa poche. « On a trouvé cela quand Joseph est tombé à la guerre. Nous pensions que vous le reconnaîtriez. »
Il sortit du portefeuille un papier très usé qui avait dû être recollé, déplié et replié très souvent.
Sans le regarder, la professeur savait que c’était l’une des feuilles de la fameuse liste des élèves contenant beaucoup de gentilles remarques écrites à l’époque par les camarades de classe au sujet de Joseph.
« Nous aimerions vous remercier pour ce que vous avez fait. » Dit la mère de Joseph. « Comme vous pouvez le constater, Joseph a beaucoup apprécié ce geste.
Tous les anciens élèves se réunirent autour de la professeur.
– David sourit et dit : « J’ai encore ma liste. Elle se trouve dans le premier tiroir de mon bureau.»
– La femme de Yossi dit : « Yossi m’a prié de la coller dans notre album de mariage. »
– « Moi aussi, j’ai encore la mienne, » dit Esther « Elle est dans mon journal intime » – Puis, Malka, une autre élève, prit son agenda et montra sa liste toute usée aux autres personnes présentes. « Je l’ai toujours avec moi, » dit Malka et elle ajouta : « Nous l’avons tous gardée.»
La professeur était si émue qu’elle dut s’asseoir et elle pleura.
Elle pleurait pour Joseph et pour tous ses amis qui ne le reverraient plus jamais.
Dans le quotidien avec les autres, nous oublions trop souvent que toute vie s’arrête un jour et que nous ne savons pas quand ce jour arrivera.
C’est pourquoi, il est important de dire aux personnes, que l’on aime et qui nous sont importantes, qu’elles sont particulières et importantes.
Dis-le leur avant qu’il ne soit trop tard.
Tu peux aussi le faire en continuant d’envoyer cette histoire. Si tu ne le fais pas tu vas rater une occasion de faire quelque chose de bien.
Si tu as reçu ce message, c’est que quelqu’un pense à toi et que tu as de l’importance pour au moins une personne.
Si tu es trop occupé, et que tu ne peux pas t’accorder quelques minutes pour l’envoyer, tu n’auras rien fait pour faire plaisir à quelqu’un !
Pense que tu récoltes ce que tu sèmes.
Ce que l’on apporte dans la vie des autres, on le reçoit aussi dans sa propre vie en retour.
Ce jour doit être un jour béni.