Calendrier

Partager   

Fuir l'obsession du passé, par le rabbin Mikael Journo

Mercredi 07 décembre 2016


Dans la tradition juive, la transmission constitue un élément structurant de la permanence de nos valeurs.


Faire référence à la transmission nous enjoint naturellement à nous pencher sur notre Histoire et à revisiter notre passé. Ainsi, lors de la célébration de nos fêtes nous réinvestissons symboliquement ce que nos ancêtres ont vécus avec leurs souffrances et leurs joies.


Lors du Seder de Pessah, conformément à ce qui nous a été prescrit, nous nous retrouvons par la pensée, par les sens et la parole au temps de l’esclavage et de la libération d’Egypte. Cette mémoire active nous aide à ne pas couper le lien avec nos racines et les valeurs qu’elles incarnent.


Bon nombre de nos ancêtres ont fait des voyages- retours sur des lieux où ils sont nés, ont grandis et qu’ils avaient dû quitter. D’autres héros de la Bible, en revanche, ont reçu l’instruction de partir pour un aller sans retour, c’est le cas d’Abraham lorsque D.ieu lui dit « Pars pour toi.. ».Ce départ est définitif car il s’agit là de rompre définitivement avec un monde ancien où les idoles règnent avec aveuglement .


La Thora (Génèse 19) nous raconte la destruction des villes pécheresses de Sodome et Gomorrhe et l’exfiltration de Loth, neveu d’Abraham et sa famille. L’ange s’adresse à Loth en lui disant « Fuis pour ta vie ! Ne regarde pas derrière toi et ne t’arrête nulle part … de peur que tu ne sois anéantis » (verset 17). Mais  « La femme de Loth se retourna et fut transformée en statue de sel » (verset 26). Rashi nous explique le sens de l’interdiction de se retourner en ces termes : « Tu as fait le mal comme eux, avec eux et c’est seulement par le mérite d’Abraham que D.ieu te sauve. Tu ne mérites pas de voir le châtiment, alors que toi tu as été épargné ».


Proposons une autre interprétation ; si la femme de Loth, qui n’a pas d'autre identité que d'être son épouse et donc n'existe que par lui , en se retournant sur son passé, s’empêchait d’aller de l’avant et de quitter un monde où régnait la souffrance et des conditions de vie insupportables ? Ce retour vers le passé empoisonnait sa vie dans son présent et son avenir.


Il arrive que des individus qui ont vécu des évènements traumatisants restent ancrés dans leur passé sans parvenir à s’en libérer. Une telle aliénation, lorsqu’elle se produit, conduit à cesser d’avancer,  à suspendre leur existence et finalement les transforme symboliquement en statue de sel.


Pour la femme de Loth, se retourner sur son passé, ce n'est pas apprendre à l'assumer et s'en déprendre, à transformer ce retour en cicatrices. C'est choisir une vie mortifère, une vie qui se pétrifie. C'est une façon de refuser le futur et la résilience.


(Extrait d'Actualité Juive)



Voir plus d'évènements