Calendrier

Partager   

Le langage de l'arche, par le rabbin Jacky Milewski

Mardi 01 novembre 2016



Notre sidra raconte le sauvetage de l’humanité par le biais l’arche de Noa’h. Concernant la construction de celle-ci, D.ieu déclare : « Tu enduiras (vekhafarta) l’arche (téva) de l’intérieur et de l’extérieur d’enduit (bekofer)». L’arche est censée être imperméable, ne laisser passer aucune goutte d’eau, constituer un cosmos autonome et refermée sur elle-même face à la méchanceté de l’extérieur.


Rabbi Moché de Pscheswork  (Or Pené Moché, section Noa’h) fait observer que le mot « téva » désigne « une arche », « une boite » mais aussi « un mot » et que le terme « khafarta » vient de la racine KFR qui signifie « recouvrir » et aussi « expier », comme Yom Kippour. En retraduisant le verset à la lumière de ces enseignements, on obtient : « Tu obtiendras le pardon (vekhafarta) pour ton langage (téva), à l’intérieur et à l’extérieur, par le pardon (bekofer)». La double évocation de « kapara » est intrigante.


Chaque individu pratique deux langages : celui qu’il tient dans son intimité et celui qu’il présente dans sa vie sociale. Ces deux dimensions du langage (intérieure et extérieure) sont appelées à se purifier de toute trace de parole mensongère, moqueuse, destructrice, médisante. D’où la double mention du pardon : l’un pour le langage que l’on se tient à soi-même, l’autre pour celui que l’on tient à autrui. Il s’agit donc de gérer sa parole pour nous permettre, à l’instar de Noa’h, de sauver notre humanité.


Voir plus d'évènements