Calendrier

Partager   

Le procès de Noé, par le rabbin Michael Azoulay

Mardi 01 novembre 2016


Le procès de Noé (inspiré, notamment, des commentaires de Rachi)


Noé ! Vous êtes convoqué devant notre tribunal céleste pour y être jugé, suite à l’anéantissement du monde, dont vous avez réchappé avec vos proches.


La Défense :

Nous ne comprenons pas la raison de sa présence aujourd’hui. Noé n’a-t-il pas été qualifié d’ « homme juste, intègre dans sa génération », marchant « avec Dieu » (Genèse, 6, 9)? S’il avait vécu au sein d’une génération de justes, il eût été encore plus juste !


L’Accusation :

Bien au contraire, c’est en comparaison avec ses contemporains qu’il fut considéré comme un juste ; auprès d’Abraham il n’aurait compté pour rien !


La Défense :

Noé ne s’est-il pas préoccupé des pécheurs de sa génération, en construisant l’arche durant 120 ans, leur permettant ainsi de l’interroger sur ce qu’il faisait, et de s’amender en l’écoutant leur répondre que Dieu allait envoyer un déluge afin de les punir pour leurs méfaits ?


L’Accusation :

Certes, mais à aucun moment Noé n’a élevé sa prière pour quémander la clémence divine, contrairement à Abraham qui, plus tard, prendra la défense des habitants de Sodome et Gomorrhe. Il est vrai que Noé marchait avec Dieu (Genèse, 6, 9), tandis qu’Abraham marchait devant Dieu… (Ibid. 17, 1 ; 24, 40)

Quelle utilité y avait-il à pratiquer des sacrifices au sortir de l’arche plutôt qu’avant d’y entrer, afin d’apaiser la colère divine (Zohar sur la Parachat Noa’h)?


La Défense :

Noé s’est dit, à juste titre, que si Dieu lui avait demandé de prendre dans l’arche 7 de certaines bêtes, ce devait être pour en offrir des sacrifices.


Au vu des arguments présentés par l’Accusation et par la Défense, notre tribunal décide de relaxer le prévenu, ce dernier bénéficiant, malgré des arguments l’accablant, de circonstances atténuantes : n’a-t-il pas failli, à plusieurs reprises, être assassiné par ses contemporains, dont le verdict n’a été scellé  qu’à cause de la violence? Dieu ne ferma-t-Il pas Lui-même l’arche pour empêcher les hommes de la briser (Genèse, 7, 16) ? Le Saint béni soit Il alla jusqu’à conclure un pacte de protection avec Noé, pour que les méchants de sa génération ne le tuent pas (Genèse, 6, 18).


Voir plus d'évènements