Le consistoire de paris

Calendrier

Partager   

Le consistoire de paris




Le 11 mars 2007, en présence des autorités civiles et militaires, le Consistoire israélite de Paris Ile de France a célébré le bicentenaire du Grand Sanhédrin en l’Hôtel de Ville de Paris. La création du Grand Sanhédrin, sous le régime de Napoléon 1er, allait signifier la reconnaissance du judaïsme français par l’Etat et favoriser l’émancipation civique et sociale des juifs.


Par décret du 11 novembre 1808, le Consistoire israélite de Paris était fondé et devait organiser le culte dans la Cité.


Depuis, et pendant deux siècles, l’institution consistoriale a veillé à défendre les intérêts du judaïsme et à maintenir une qualité de vie juive à travers les communautés, les synagogues, les écoles, les sociétés de bienfaisance et la cacherout.


Malgré le nombre croissant de juifs dans la capitale et ses environs, - de 3 500 en 1809 à 400 000 aujourd’hui -, le Consistoire assume toujours son rôle grâce à ses (140) communautés. Sa vocation demeure de développer et d’organiser la vie religieuse avec l’entretien et la construction de lieux cultuels, la formation des rabbins, la célébration des mariages, l’accompagnement des défunts, l’éducation de la jeunesse. De plus en plus, il s’investit dans une fonction communautaire en créant des centres, en participant à la mémoire collective (Yom Hashoah) et en soutenant l’Etat d’Israël.


Ni la loi de Séparation des cultes à l’Etat en 1905 ni la période tragique de l’Occupation n’ont eu raison du judaïsme consistorial, gardien de la tradition et qui définit l’israélite français au sein de la nation. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a d’ailleurs connu un regain de dynamisme par l’arrivée des rapatriés d’Afrique du Nord. A ce titre, il a joué un rôle essentiel dans leur intégration et cela grâce à Alain de Rothschild (zal) qui, dès 1962, a développé les Chantiers du Consistoire afin d’édifier de nouveaux centres religieux dans la région parisienne.


Plus la communauté se développe et plus le Consistoire de Paris Ile de France est ainsi présent, conformément à ses principes d’ouverture, de tolérance afin d’intégrer le plus grand nombre de juifs qu’ils soient libéraux, traditionalistes ou conservateurs. Déjà, en 1946, le president Georges Wormser avait résumé l’importance de l’institution auprès des fidèles : «Tout juif a, a eu, ou aura des relations avec le Consistoire».



Les grands Rabbins du Consistoire de Paris


Michel Seligmann (1809-1829) - Marchand Ennery (1829-1845) - Lazard Isidor (1847-1865) Zadoc Kahn (1866-1889) - Jacques-Henri Dreyfuss (1891-1933) - Julien Weill (1933-1950) Jacob Kaplan (1950-1955) - Meïr Jaïs (1956-1980) - Alain Goldmann (1980-1994) - David Messas (1994-2011) - Michel Gugenheim (Depuis 2012)




Les Présidents du Consistoire de Paris


Jacques Javal (1824-1829) - Michel Goudchaux (1829-1832) - Moïse Cahen (1832-1852) - Gustave Halphen (1852-1857) Gustave de Rothschild (1858-1910) - Edmond de Rothschild (1911-1935) - Robert de Rothschild (1936-1948) Georges Wormser (1949-1953) - Alain de Rothschild (1954-1967) - Jean-Paul Elkann (1967-1982) Emile Touati (1983-1990) - Benny Cohen (1990-1994) - Moïse Cohen (1994-2006) - Joël Mergui (2006-2010) - Dov Zerah (Janvier à Juin 2010) - Joël Mergui (Depuis Juin 2010)



Quelques dates essentielles


Février-mars 1807 : Grand Sanhédrin réunissant 71 rabbins et notables de l’Empire pour définir les principes du culte israélite.


Novembre 1808 : Création du Consistoire israélite de Paris. David Sintzheim est le premier grand rabbin de France et Michel Seligmann, le premier grand rabbin de Paris.


Mars 1822 : Inauguration rue de Nazareth de la première synagogue consistoriale de Paris.


Mars 1831 : Les rabbins sont désormais salariés par l’Etat.


Février 1840 : Le premier journal israélite "Les archives israélites" est publié.


Mars 1852 : Reconstruction de la synagogue Nazareth devenue vétuste.


Juillet 1859 : Transfert de l'Ecole Rabbinique de Metz à Paris.


Mai 1860 : Plusieurs notables, dont des membres du Consistoire fondent l’Alliance Israélite Universelle.


Mars/Mai 1871 : Commune de Paris pendant laquelle les synagogues parisiennes sont fermées. Après la guerre de 1870, plusieurs milliers de juifs alsaciens-lorrains s’établissent à Paris pour ne pas devenir allemands.


Septembre 1874 : Inauguration de la synagogue de La Victoire.


1894-1906 : Affaire Dreyfus. Dès 1895, le Consistoire de Paris soutient le capitaine innocent.


Décembre 1905 : Loi de séparation des cultes et de l'Etat. Le Consistoire devient une association.


Décembre 1916 : Le président de la République Raymond Poincaré assiste à un office en la synagogue Victoire en mémoire des combattants.


1919-1939 : Arrivée massive de juifs d’Europe centrale fuyant les totalitarismes. Le Consistoire édifie de nouvelles synagogues.


Juin 1940 : Occupation de Paris par les troupes allemandes.


Octobre 1940 : Premier Statut des juifs les excluant de la société. Il sera suivi d’un second Statut en juin 1941. Neuf synagogues consistoriales restent ouvertes au public.


Octobre 1941 : Attentats contre des synagogues dont celles de Copernic, Nazareth, Pavée, Saint-Isaure et Victoire.


Mai 1942 : Port obligatoire de l’étoile jaune pour les juifs en zone occupée.


Juillet 1942 : Rafle du Vel d’Hiv (13 000 arrestations).


Juin 1946 : Création des commissions consistoriales pour reconstruire la communauté.


1956-1967 : Plusieurs centaines de milliers de juifs d’Afrique du Nord s’installent dans la région parisienne.


Mai 1962 : Création des Chantiers du Consistoire par Alain de Rothschild (Zal) pour subvenir aux besoins religieux des fidèles.


1979-1982 : Attentats antisémites à Paris.


1995 : Le président de la République, M. Jacques Chirac, reconnait la responsabilité de l’Etat français dans la Shoah.


Mars 2007 : Manifestation inaugurale des cérémonies du Bicentenaire du Grand Sanhédrin à l’Hôtel de Ville de Paris.



Avril 2008 : Cérémonie du Bicentenaire des Consistoires en présence de M. François Fillon, Premier Ministre.



Pour plus de renseignements concernant l'histoire du Consistoire, vous pouvez vous adresser au service Archives.