Mariage

Calendrier

Partager   

Mariage


Dates des mariages interdits en 2017

Dates des mariages interdits en 2018 



 Visites virtuelles des synagogues








PIERRE ANGULAIRE DU BONHEUR


Grâce aux services du Consistoire, votre mariage prend tout son sens et peut rester un souvenir inoubliable.


Que propose le Consistoire pour l’organisation d’un mariage ?

Le service des mariages vous supplée dans l’organisation de votre cérémonie de mariage, avant, pendant et après la synagogue. Logistique et spirituel, son accompagnement vous permet de vivre pleinement ce jour de grâce, sans avoir à subir la pression des préoccupations matérielles telles que :


* Le choix de la synagogue

* L’accueil personnalisé des invités

* Les démarches administratives

* L’agencement de la cérémonie avec le rabbin

* Le choix de musiques variées

* La préparation au bain rituel (Mikvé)

* Le choix des traiteurs sous le contrôle du Beth Din de Paris



Que signifie un mariage juif ?

Le mariage juif est la pierre angulaire d’une famille ouverte sur le monde. Traditionnellement, le mariage est appelé kiddouchine, ce qui signifie «sanctifications». Ce terme résume à lui seul la quintessence du judaïsme : pas de vie religieuse en solitaire, pas de rupture avec le monde. C’est au cœur de la communauté, au sein des hommes, que la foi prend tout son sens, pour nous accompagner dans notre cheminement spirituel, « Quiconque vit seul, vit sans bénédiction », nous enseignent les Sages. Dans le mariage, homme et femme deviennent de véritables bénédictions l’un pour l’autre, en s’aimant, en s’entraidant, en partageant le quotidien, et en se soutenant dans les épreuves.


En quoi garantit-il l’harmonie ?

La vie maritale, dans tous ses aspects, aussi intimes soient-ils, est à l’image de la sanctification de D.ieu. Le corps, l’esprit et l’âme contribuent de concert à ce service divin. L’harmonie entre le mari et son épouse est alors scellée par les lois de pureté familiale (taharat hamichpa’ha), selon la volonté du Créateur. Le bonheur se transmet. Ainsi, l’équilibre marital contribue au bien-être de la descendance et des proches des époux.


En quoi est-il différent d’un autre mariage ?

La vie maritale et familiale est ponctuée par le Chabbat et les fêtes, moments de partage où le temps devient un sanctuaire pour proclamer la royauté divine. Les bougies reflètent alors le bonheur sur les visages, les chants élèvent l’âme et les repas fortifient le corps. Éloigné un temps des soucis et du stress du quotidien, chacun peut vivre sereinement sa spiritualité et la partager. En évitant soigneusement les écueils de l’ignorance, l’éducation demeure un pilier incontournable de l’identité juive et de sa pérennité : elle permet aux jeunes de rester fiers de leur histoire et de leur peuple, de pratiquer les mitsvot, tout en restant sensibles à l’universalité.


Quel rôle joue le Rabbin ?

Au moment du mariage, le couple entreprend la construction d’un autel devant l’Eternel. La cérémonie sous le dais nuptial (‘houppa) en est la première pierre. Le rabbin est le meilleur guide du jeune couple, son plus proche conseiller matrimonial. À travers lui, c’est l’ensemble des services du Consistoire de Paris qui met tout en œuvre pour que votre union, dans l’une de ses synagogues, se déroule dans les meilleures conditions.


Quelle est la relation entre le Consistoire et le jeune couple ?

Le Consistoire est d’abord le témoin de l’union et le soutien du couple, pour éviter tous les pièges liés à ce jour merveilleux, où tout est nouveau et inconnu. Le Consistoire de Paris aide le jeune couple pour la préparation de ce jour unique, dans le respect des règles religieuses. Le Consistoire de Paris vous ouvre l’ensemble de ses synagogues, à Paris et en banlieue, pour faire de ce jour unique l’un des plus beaux jours de votre vie.


Si vous projetez de célébrer votre mariage en Israël, prenez conseil auprès du service des mariages avant d’entreprendre toute démarche. En effet, différentes possibilités s’offrent à vous et vous serez informé des formalités à remplir en fonction de la formule choisie.


Le Consistoire de Paris remercie les milliers de couples qui lui ont déjà fait confiance.



Organisation de la cérémonie : 01 40 82 26 67 - email : mariages@consistoire.org

Préparation spirituelle : 01 40 82 26 07




DATES DES MARIAGES INTERDITS EN 2017


Tous les Chabbatot, ainsi que :



Dimanche 8 janvier 2017
(Jeûne du 10 tévèt)


Jeudi 9 mars 2017
(Jeûne d’Esther)


Dimanche 12 et lundi 13 mars 2017
(Pourim)


Du lundi 10 au mardi 18 avril 2017
(Pessa’h)




Période de l’Omer *



Rite Ashkénaze :

Du vendredi 28 mars au jeudi 25 mai 2017
à l’exception du Dimanche 14 mai 2017
(Lag Baomèr)



Rite Séfarade :

Du Mercredi 19 avril au Dimanche 14 mai 2017
(Omèr)




Mercredi 31 mai et Jeudi 1er juin 2017
(Chavouot)


Du mardi 11 juillet au Mardi 1er août 2017
(Période des 3 semaines)


Jeudi 21 et vendredi 22 septembre 2017
(Roch Hachana 5778)


Dimanche 24 septembre 2017
(Jeûne de Guedalia)


Vendredi 29 septembre 2017
(Veille de Kippour)


Chabbat 30 septembre 2017
(Kippour)


Du jeudi 5 au vendredi 13 octobre 2017
(Soukot)


Jeudi 28 Décembre 2017
(Jeûne 10 Tevet)





                        


DATES DES MARIAGES INTERDITS EN 2018


Tous les Chabbatot, ainsi que :



Mercredi 28 février 2018
(Jeûne d’Esther)


Jeudi 1er et vendredi 2 mars 2018
(Pourim)


Du vendredi 30 mars au samedi 7 avril 2018
(Pessa’h)




Période de l’Omer *



Rite Ashkénaze :

Du mardi 17 avril au lundi 14 mai 2018
à l’exception du jeudi 3 mai 2018
(Lag Baomèr)



Rite Séfarade :

Du dimanche 8 avril au jeudi 3 mai 2018
(Omèr)




Dimanche 20 et lundi 21 mai 2018
(Chavouot)


Du dimanche 1er au dimanche 22 juillet 2018
(Période des 3 semaines)


Lundi 10 et mardi 11 septembre 2018
(Roch Hachana)


Mercredi 12 septembre 2018
(Jeûne de Guedalia)


Mardi 18 septembre 2018
(Veille de Kippour)


Mercredi 19 septembre 2018
(Kippour)


Du lundi 24 septembre au mardi 2 octobre 2018
(Soukot)


Mardi 18 Décembre 2018
(Jeûne 10 Tevet)



* Le rite est celui de l’époux. Les cérémonies de mariages pourront avoir lieu dans toutes les synagogues, quel que soit leur rite habituel, à condition que le rite de l’époux autorise celui-ci à célébrer son mariage dans la période qui lui est permise.