Hanouka

Calendrier

Partager   

Hanouka





Rappel historique


Hanouka (fête de l’Inauguration du Temple) a été instituée par nos sages zal, suite à l’occupation de Jérusalem par les armées grecques d’Antiochus IV, et la révolte des Maccabim.


En –336, le fils de Philippe de Macédoine, Alexandre dit le Grand devient roi de Grèce. Aristote son précepteur, lui donna une solide formation en rhétorique et en littérature, et stimula sa curiosité en sciences, en médecine et en philosophie.


Âgé d’à peine 20 ans, ce jeune homme courageux, ambitieux et intelligent, unifie son pays avant d’entreprendre la conquête de tout le bassin méditerranéen.


C’est ainsi qu’il soumet, la Perse, la Phénicie, l’Egypte et la Judée à son pouvoir. La tradition rapporte qu’au moment où Alexandre s’avança vers leTemple, le Grand Prêtre s’avança avec ses somptueux habits de service. Alexandre se prosterna humblement devant ce saint homme. Quand ses généraux lui demandèrent le sens de cette curieuse conduite, Alexandre répondit : « Lorsque j’étais en Macédoine et que je rêvais de conquérir les pays d’Orient, je vis en songe un ange semblable à ce Grand Prêtre qui me prédit que j’atteindrai mon but. Maintenant que je le vois en réalité, je m’incline devant le D. qui a parlé par sa bouche. »

La Judée est soumise à l’autorité grecque, mais le Temple (beth hamikdach) est épargné.


A la mort d’Alexandre son empire est divisé entre ses généraux. Cassandre héritera de la Macédoine, Lysimaque de l’Asie Mineure, Ptolémée Lagos dirigera l’Egypte, et Séleucus gérera la Syrie et de la Mésopotamie. Ces deux derniers monarques seront à l’origine de deux grandes dynasties : les Ptolémées et les Séleucides.


La Judée, en plein essor économique, de par son lieu de passage, devient très vite l’enjeu de rivalités entre ces deux dynasties.  

Antiochus III, roi de Syrie finit par dominer la Judée. Bienveillant à l’égard des juifs, il développe leur économie et les soutient sur le plan religieux. Un sénat est créé qui deviendra plus tard le Sanhédrin. L’autorité religieuse suprême reste le Grand Prêtre, garant des valeurs de la Torah.

Inévitablement cet essor économique engendre un déséquilibre entre les riches et les pauvres. Les nantis, plus proches du pouvoir, abandonnent quelque peu les pratiques juives pour prendre la culture grecque comme modèle (on les nomme les hellénistes).


A la mort d’Antiochus III, son fils Antiochus IV, qui veut se faire appeler Epiphane « Envoyé des dieux. » lui succède sur le trône de Syrie. Ambitieux,il rêve de devenir un second Alexandre le Grand.

Comprenant très vite que la résistance juive est un obstacle à ses ambitions, il aide les juifs hellénisés, en renvoyant de ses fonctions le grand prêtre Onias, fidèle à la Torah, au profit de son frère Jason plus libéral.


Jason qui apprécie le mode de vie grec développe la construction de gymnases et de théâtres à Jérusalem. Chaque jour plus nombreux, sont ceux qui abandonnent leurs liens avec la Torah. Mais, peu énergique aux yeuxd’Antiochus IV, Jason est renvoyé de ses fonctions et remplacé par Ménélas, qui n’est même pas Cohen.


Cette suite d’évènements douteux, crée de nombreux troubles dans Jérusalem. Ainsi commence l’affrontement des hommes pieux, appelés‘Hassidim contre les hellénistes.


Antiochus « Epiphane », surnommé « Epimane » le Fou (le Maniaque), mécontent du désordre qui règne en Judée, décide de frapper un grand coup: il massacre une partie de la population, s’empare du Temple et interdit, les célébrations de la Brit Mila (Alliance de la Circoncision) du Roch Hodech (Nouveau Mois), et du Chabbat.


Les prêtres (cohanim) fidèles à la Torah décident de riposter avec les armes, c’est le début de la révolte des Asmonéens, dirigée par Juda, le fils du Grand Prêtre Matatiahou.


Pratiquant une guérilla intensive, allant jusqu’au martyr pour la sanctification du nom d’Hachem, les troupes de Juda remportent victoire sur victoire. Après le combat d’Emmaüs, la voie de Jérusalem est libre. La ville est libérée, et le beth hamikdach est de nouveau inauguré, le 25 du mois de kislev.


Bien qu’impurs, les Asmonéens décident d’allumer la Ménorah (Chandelier à sept branches) avec de l’huile consacrée. Une seule fiole porte encore le sceau du grand prêtre. L’huile de la fiole ne peut brûler qu’un jour, un miracle se produit : la Ménorah reste allumée 8 jours (soit les 7 jours de purification et le jour de préparation de la nouvelle huile kasher).




Toupies



Dinim


* L’heure d’allumage à la maison est la tombée de la nuit, après l’office de Arvit. A la synagogue, l’allumage peut se faire à partir du coucher du soleil, afin de faire de la publicité pour le miracle (pirsoumé nissa).


* Motsé Chabbat, à la synagogue, l’allumage de la Hanoukia précède celui de la Havdala (publicité du miracle). A la maison la Havdala précède l’allumage de la Hanoukia (on donne la priorité à ce qui est plus fréquent - Tadir véchéno tadir, tadir konem).


* Nous intercalons Al Hanissim dans la Amida et dans le Birkat Hamazon (bénédictions après le repas).


* Durant la demi-heure de combustion, toute activité domestique s’interrompt. Les enfants ont l’habitude de jouer à la toupie.


* La place de la Hanoukia à la maison est opposée à la Mézouza. Si l’on habite un rez-de-chaussée, elle peut être placée sur la fenêtre face à la rue, afin de répandre le miracle. A la synagogue, la hanoukia est placée au sud, comme la ménorah dans le Temple.


* Si l’on utilise les bougies, on les allume avec le chamach (serviteur), si on utilise des godets d’huile, le chamach sera allumé en dernier. On place les bougies toujours à droite, mais on allume de gauche à droite (c’est-à-dire toujours la nouvelle bougie en premier).


* Durant tous les huit jours, nous lisons le Hallel complet.


* Pendant les huit jours, il n’y a ni supplication, ni oraison funèbre, ni montée au cimetière.


* Nous sortons la Torah tous les jours, à la synagogue, pour y lire l’inauguration du Sanctuaire du désert. (Cf. sidour)




Allumage



Avant l'allumage, on dira les bénédictions :


1. Baroukh ata Ado-naï élo-hénou mélekh haolam acher kidéchanou bémitsvotav vetsivanou lehadlik nère (chèl) hanouka.

Béni sois-Tu, Eternel notre D. Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné d’allumer la lumière de Hanouka.



2. Baroukh ata Ado-naï élo-hénou mélekh haolam chéassa nissimlaavoténou bayamime hahème bazèmane hazé.

Béni sois-Tu, Eternel, Eternel notre D. Roi du monde, qui a fait des miracles pour nos ancêtres à leur époque et de nos jours.



A réciter uniquement lors du premier allumage :


3. Baroukh ata Ado-naï élo-hénou mélekh haolam chéhehiyanou vékiyémanou véhiguianou lazèmane hazé.

Béni sois-Tu, Eternel, Eternel notre D. Roi du monde, qui nous a fait subsister et exister jusqu’à ce moment.






Puis on récite : Hanérote halalou anou madlikine al hanissime véal hapourkane véalhaguévourote véal hatéchouote véal haniflaote véal hanéhamotechéassita laavoténou bayamim hahème bazèmane hazé, al yédécohanékha hakédochim, vékhol chémonate yémé hanouka hanérotehalalou kodeche hème véeïne lanou réchote léhichtamèche bahème, élla lireotame bilvade kédé léhodote lichmékha al nissékha véalyéchouotékha véal nifléotékha.


Ces bougies nous les allumons pour les miracles, le salut et les exploits, les délivrances, les prodiges et les consolations que Tu as réalisés pour nos ancêtres à leur époque et de nos jours, par l'intermédiaire de tes saints Prêtres. Et pendant les huit jours de Hanouka, ces bougies sont consacrées (au service de D.) et nous n'avons pas le droit de nous en servir, mais nous devons uniquement les regarder, afin de rendre hommage à Ton Nom pour Tes miracles, Tes prodiges et tes délivrances.


Ensuite on lira le psaume 30 : Mizmor chir Hanoukat habayite lédavid. Psaume, Cantique de l'inauguration du temple, pour David.






Après l'allumage des bougies nous avons l'habitude de chanter :



Maoz tsour yéchouati, lékha naé léchabéah

Tikon bèt téfilati, vecham toda nézabéah

Léêt takhine matbéah, mitsar hamnébéah

Az égmor, béchir mizmor, Hanoukat hamizbéah (bis)


Rocher refuge de mon salut, à Toi sied la louange.

Que soit restaurée ma maison de prière et nous y offrirons un sacrifice de remerciement !

Quand Tu auras mit fin à l'oppresseur qui aboie, je conclurai par un psaume, pour l'inauguration de l'Autel.



Chants